Shiatsu

Dans la tradition japonaise, l'énergie ou "chi" s'écoule librement à travers les méridiens associées aux organes.

A travers des pressions exercées sur la peau à l'aide des pouces, des doigts et des paumes, le shiatsu vise à réguler cette énergie vitale qui sillonne le corps pour préserver et améliorer la santé sur le long terme et corriger les déséquilibres qui génèrent des troubles. 

C'est ainsi qu'au Japon dans les familles chacun donne le Shiatsu aux autres, et, dans le dojo, après l'entraiment aux arts martiaux les combattants prennent soin de leur adversaire sur le tatami.  

Le shiatsu est alors préventif et bénéfique pour les performances ou la récupération sportive. Thérapeutique, il améliore un grand nombre de désordres parmi lesquels les troubles dermatologiques, gynécologiques, le système ORL, l'appareil digestif, la fatigue, le sommeil, le stress, le mal de dos, les douleurs articulaires et accompagne merveilleusement la périnatalité

Pendant la séance, qui dure environ une heure, la personne qui reçoit est allongée sur un futon au sol et reste habillée

Officialisé comme une médecine manuelle à part entière depuis 1955 par le ministère japonais de la santé,  le shiatsu est aussi reconnu par l'OMS en tant que « médecine non conventionnelle digne d'intérêt ».
Depuis 1997, l'Union européenne le mentionne comme l'une des 8 méthodes de médecine complémentaire reconnues dans ses États membres.

Le titre de Spécialiste en Shiatsu est reconnu par l'Etat Français au niveau de qualification III

Je suis formé au Sei Shiatsu Do (la voie du Shiatsu sincère) à l'Ecole de Shiatsu Thérapeutique de Paris de Bernard Bouheret. Je suis également adhèrent et membre actif de L'Association Internationale de Shiatsu Traditionnel (A.I.S.T.) 


L’hypnothérapie et le Shiatsu s’inscrivent dans la relation d’aide, hors cadre médical et réglementé. Ils ne se substituent donc en rien aux actes ou traitement médicaux pour lesquels ils seraient complémentaires. La prestation délivrée ne fait pas l’objet d’un conventionnement et n’est pas prise en charge par la sécurité sociale.